Ce site utilise des frames. Si vous ne voyez pas les menus à gauche, cliquez Ici

Key One

Ngorr is at 5'88

PQNVEQMLT1.jpg

Key Two

Ngorr is at 586.08
Myds are prepared

"Ngorr est ad ianuam eius tempus veniam ad vos cito"

PQNVEQMLT2.jpg

Key Three


Souvenirs ou rêve.........

Dans ma quête éperdue d'un accès au Grand Distordu et dans l'ignorance où j’étais alors des pratiques « directes », je m’enhardissais dans les bas-fonds de Tirnagoth, peu rassuré il est vrai.
Mon « Maart » m’avais toujours enseigné lors de nos innombrables séances de T0 que Tirnagoth était un lieu hostile et dangereux.

Mais la perspective de changer de « U-Plan » était une motivation bien trop forte pour rester à la lisière du bas-monde. Je soupçonne d’ailleurs Toltant de considérer cette prise de risque comme un élément incontournable de l’initiation. J’avançais donc avec prudence, tous mes sens en alerte, et plus j’avançais plus je me rendais compte que je ne savais pas ce que je cherchais.

Une porte ouverte, cachée dans la pénombre d’une ruelle obscure, attira soudain mon attention. Mais pourquoi cette porte plutôt qu’une autre, aujourd’hui encore je ne saurais le dire, Toltant aurait bien sûr là-dessus une explication fumeuse sur les énigmatiques forces du destin, mais, malgré tout le respect que j’ai pour lui, je crois plus au hasard, et puis qu’est ce qui prouve que les autres portes ne donnaient pas aussi sur un « angle d’abime ». Il faudrait retourner à Tirnagoth pour s’en assurer mais refaire ce long et douloureux périple ne me tente vraiment pas.

Je pénétrais donc dans l’ouverture, restant immobile le temps que mes yeux s’habituent à l’obscurité. Je me trouvais dans une pièce quasi vide et basse de plafond. Il y régnait une atmosphère étrange, ce souffle frais et ténébreux que l’on ressent à l’entrée des cavernes. En effet, au fond de la pièce, 5 ouvertures s’ouvraient sur de sombres galeries qui s’enfonçaient je ne sais où. En observant attentivement les entrées, je m’aperçus qu’une des galeries avait des parois différentes des autres, non pas faite de blocs taillés comme les autres, mais d’un revêtement étrange et souple, un peu comme le néoprène d’une combinaison de plongée.

Levant la tête, j’aperçu avec stupeur le Nka, symbole du Grand Distordu. Cette vision provoqua en moi une intense excitation, c’était la première fois de ma vie que je voyais quelque chose de tangible dessus.  Tout ce que j’avais appris en T0 jusque-là n’était que théories et vielles légendes. J’avoue qu’il m’arrivait alors de penser que Toltant prenait un peu ses délires pour des réalités, même si ce que j’avais déjà pu entrevoir de ses extraordinaires capacités en faisait un être hors du commun. Les jeunes ont toujours tendance à croire qu’ils ont tout compris jusqu’à ce que les réalités les ramènent à plus de modestie.

Toujours est-il que je m’enfonçais dans la galerie et ce n’est qu’au bout de plusieurs centaines de mètre que je réalisais que bien que sans lampe, j’y voyais suffisamment pour avancer.  Eclairage réel ou distorsion T comme en T0… c’était à la fois semblable et différent. Les parois étaient toujours lisses et souples. L’air était un peu frais et je me souviens qu’une étrange odeur régnait, impossible à définir. Au bout de plusieurs minutes de marche, j’arrivais dans une sorte de rotonde avec des ouvertures tout autour qui partaient comme des rayons s’amenuisant avec des angles très aigües.

Tout de suite je pensais aux angles d’abimes, incroyable, c’était donc si facile, trop facile me dis-je. Oui trop facile, je repensais aux enseignements interminables de Toltant, « Les angles d’abimes » sont les moyens les plus simples pour changer de U-Plan, simple mais dangereux. Dans bien des cas, s’ils sont mal conçus on ne risque que quelques courbatures, mais mal alignés, on se retrouve… en fait je ne sais pas vraiment où ni quand... Toltant a toujours été assez évasif sur la question. Mais clairement, ce n’était pas une expérience enviable. Donc lesquels de ces angles étaient praticable ?

Des symboles étaient gravés sur chaque fronton des alcôves présentant les différents angles. Vers quels autres mondes cela menait-il ? Et surtout, lequel menait vers mon but premier, le Grand Distordu. En cas d’erreur, on peut toujours revenir en théorie vu que chaque angle d’abime conduit sur son « Singulier » dans le U-Plan lié. Mais rien ne prouve que les conditions de l’autre côté permettent de revenir facilement. Surtout dans le Grand Distordu, à quoi ressemble un angle d’abime dans cet U-Plan si particulier… (Je ne savais pas à l’époque que l’on ne peut pas revenir du GD par un angle d’abime… Toltant le savait et ne me l’a pas dit, encore une de ses initiations à la c… le genre, je te jette à l’eau, tu seras bien obligé d’apprendre à nager, il adore !)
Enfin bref, je tentais en vain de repérer un Nka dans les inscriptions, en vain. Sur un des frontons, il y avait une combinaison semblant indiquer une notion d’étape, je ne maitrisais pas assez la symbolique pour bien interpréter la séquence.

Bon, et maintenant ? me dis-je, j’en ai chié grave pour venir à Tirnagoth, je me retrouve ici sans trop comprendre comment et … Je n’ai jamais traversé un angle d’abime, Toltant dit que c’est simple, il suffit juste d’abaisser son niveau de cohérence à l’U-Plan présent, d’avancer sur la bissectrice tranquillement et on traverse, c’est comme pour le T0, mais le T0, on va nulle part 😊. Aller, il faut que je le fasse, c’est comme plonger du 10m la première fois, plus on réfléchit, plus c’est dur. Quand je pense maintenant à tout ce qui aurais pu m’arriver en partant sur un autre U-Plan quasi à l’aveuglette, on peut dire que j’ai eu un bol extraordinaire. « La fortune sourie aux audacieux » dit le proverbe, alors, je me présentais bien au centre, me concentrais pour réduire le plus possible mes attaches physiques et avançais doucement…

Un froid intense me saisit, je glissais et partit comme une fusée en glissant sur le c… . J’étais sur une pente verglacée très abrupte et prenais de la vitesse. Je finis ma course dans une sorte de gros tas de neige. Il me fallut un certain temps pour réaliser, il faisait très froid, un soleil immense brillait d’une lumière froide et finalement faible au regard de la taille de l’astre. Je me retournais pour voir d’où je venais et ne vis qu’une muraille blanche dont le sommet se confondais avec le ciel laiteux. On peut toujours revenir, ah oui ? et là je fais comment ?
Il va falloir trouver une solution et vite, le froid est intense… Toltant dit qu’il ne faut jamais rien regretter, là, c’était un de ces moments où je me disais que s’il avait pu se choisir un autre successeur, je vivrais pénard ma petite vie de terrien. Après tout, devenir un des rares Maart existants, ce n’était pas vraiment mon plan, comme la majorité des humains j’ignorais tout de cette réalité et m’en portait très bien. Tu comprendras plus tard qu’il disait, là je comprends que je suis bien dans la m…

 

 





Ce site utilise des frames. Si vous ne voyez pas les menus à gauche, cliquez Ici