Ce site utilise des frames. Si vous ne voyez pas les menus à gauche, cliquez Ici

Montages électroniques

Un compteur de mise en route
Un convertisseur BCD-Binaire
Une interrupteur automatique
Une sortie d'alimentation protégée pour PC
Un testeur d'amplis op
Un testeur multi-fonctions
Un Simulateur de ligne téléphonique
Un commutateur automatique pour FreeBox
Un générateur de sonnerie téléphonique
Un détecteur de sonnerie pour portier video Inspektor
Commander 2 relais avec un seul bouton poussoir
Un contrôleur de temperature et ampli pour PC

Avertissement aux internautes

Cette page vous propose divers schémas de ma conception. Ce sont des montages que j'ai personnellement conçus, construits et qui fonctionnent. Cependant, des erreurs sont possibles et l'électronique est parfois capricieuse. Si vous avez des soucis avec un de ces montages, envoyez moi un mail et j'essaierais de vous aider dans la mesure du possible. Gardez à l'esprit que ces schémas sont fournis dans le cadre de l'amateurisme et que je ne garantie aucun suivi ni responsabilitées d'aucune sorte en cas de non fonctionnement. En aucun cas je ne fabrique ni ne dépanne quoi que ce soit pour qui que ce soit, même contre rétribution. Le nom "Cyrob" qui apparait sur mes schémas est ma signature. Il sont en anglais car je trouve cette langue bien plus clair et concise pour la technique.

Si vous fabriquez un montage à partir d'un de ces shémas, merci de me le faire savoir, que je sache si cela sert à quelque chose de les publier.
De même, si vous y apportez des améliorations, je serait heureux de les publier ici.

Un compteur de mise en route

Dans le cadre de l'électronique de mon labo, je suis en train dy installer un compteur horaire histoire de voir le temps que j'y passe.
Comme il me restait de la place, je me suis dit : et pourquoi pas compter le nombre de fois que j'y vais ?
Ben oui, pourquoi pas. Ca tombe bien, j'avais réccupéré je ne sait plus où, un lot de compteurs electromécaniques du genre de ceux qui équipaient les centraux téléphoniques.
Ce genre de compteur se compose d'un electro-aimant qui incrémente un bète compteur mécanique à rouleaux. Simple, mais efficace !

Donc l'idée, c'est de l'incrémenter à chaque fois que je branche le courant d'alimentation de tout mon e-bazar...

La bobine est trés tolérante et fonctionne de 5 à 24V voir plus. Je veux un truc simple et qui ne consome pas de courant pour rien.
Aprés quelques cogitations et essais (Dont un où une fausse manip à fait exploser une 1N4007 et fait sauter toutes les sécurités !!, Bidouiller direct avec le secteur n'est pas un gage de longue vie.....c'est le hobby number one que je conseille à belle-maman :)) ) j'ai pondu un montage qui fonctionne au poil.

Voici le shéma pour les curieux.

Sch.GIF

Bon, rien de révolutionnaire : D1 et C1 se charge de redresser le secteur pour avoir du 300 et quelques volts continu.
C2, monté en différentiateur, se charge de fournir l'impulsion au compteur.
R1 décharge C1 à l'arrêt par sécurité, comme sa copine R2 qui en plus permet au compteur de refonctionner assez vite aprés l'arrêt.
R3, déterminée expérimentalement permet de protéger la bobine.
Quand à D2, elle sert à protéger la bobine, bien qu'ici la décroissance du courant dans la bobine soit relativement lente de par le montage.
Elle n'est pas indispensable.

La valeur de C2 et R3 peut bien sûr être ajuster en fonction du type de compteur.

Il est IMPERATIF que la tension de service de C1 et C2 soit au moins de 400V. Pour info, j'ai réccupéré ces condo dans des lampes "Basse consommation" HS.
(Note, ces lampes sont une escroquerie, je ne sais pas si la planête aura gagnée au change avec ces merdes. Ca mets des plombes à chauffer, ça éclaire que dalle et leur soit disant longévité est plus du domaine de la foi que de la réalité. Seule avantage pour les bidouilleurs, ya du composant à récuppér dans les cadavres !!)
Heuresement, les progrés des LED de puissance relégueront ces erreurs technologiques au néant dont elles n'auraient jamais dues émerger.

De même, D1 doit au moins supporter 400V mais 1000V comme une 1N4007 laisse de la marge de sécurité.

Un fusible retardé sécurise le tout et un petit voyant néon permet de vérifier qu'il n'est pas grillé.

Hormis lors de la mise sous-tension, ce montage ne consomme quasiment rien. (0.5 mA environs..)

Warn.gif ATTENTION Warn.gif
Ce montage est relié DIRECTEMENT au secteur sans aucune isolation galvanique. De plus, la tension y est continue ce qui la rend bien plus dangereuse que l'alternative.
(En effet, en continu, les muscles se crispent et ont tendances à aggiper la source de tension, c'est pas des blagues) on veillera donc particulièrement à respecter les consignes suivantes :

  1. Deux fois tu vérifiras que la bobine du compteur est isolée de son boitier (Et si possible avec un megohmétre qui tient la route, pas un beeper à 3 balles !!)
  2. Tout le montages tu isoleras de tout contacts accidentels avec toutes les parties du circuit
  3. Dix fois tu vérifiras avant de brancher
  4. Ton testament à jour tu mettras avant de procéder (merci de penser à mes robots nécessiteux..)
  5. Jamais sous tension tu tripoteras
  6. 30 secondes tu attendras avant de toucher une fois que certain d'avoir débranché le biniou tu seras.
  7. Et par sécurité tu court-circuitras les condos avec un outils dont le manche est ISOLE.
  8. Si vraiment mesure tu doit faire sur la bête, hyper gaffe tu feras
  9. Et AVANT de mesurer, tu vérifira que le controleur n'est pas en position micro-ampéremetre ou ohmétre, ou alors t'a vraiment envie de t'en offrir un neuf
  10. Femmes, enfants, chiens, chats, serpents et autres NAC tu tiendras éloignés pendant les phases d'essais
  11. Si tu le sent pas ou n'y connait vraiment rien, sur des montages à piles tu apprendras avant de faire le guignol avec le 220
  12. Si le boitier est conducteur, à la terre tu le reliras
  13. A sainte Binioute, patronne des électroniciens, un cierge tu allumeras
  14. Avant tout une (et une seule) binouze tu boiras. (C'est pas vraiment indispensable mais ça fait pas de mal...)
  15. Si en fait t'en à bu plus de 2, a demain les essais tu remettras.


Comme dans mission impossible, en cas de problème, le département d'état, ainsi que ma modeste personne, niront farouchement toute responsabilité dans la catastrophe. (d'ailleurs, on était même pas là ce jour là...)

Maintenant, la réalisation.

J'ai usiné vite fait une petite face avant dans un morceau de plastique découpé dans une vielle imprimante HP.

J'ai imprimé des étiquettes transparentes auto-collantes.

IMG_0441.JPG

Ici, on voit l'intérieur. J'ai plié un étrier dans de la bagette d'alu pour fixer le compteur par son écrou arrière.
Le fusible porte une tôle en L qui sert de support au CI.

IMG_0440.JPG



Un convertisseur BCD-Binaire

J'ai eu besoin il y a quelque temps de convertir de la logique BCD en binaire pur. Il existe des circuits spécialisés pour cela mais ils sont chers, on peut aussi le faire avec des portes simples mais c'est du taf, et bien sûr avec l'omni présent micro-controleur (et bien sûr des PAL ou autre GAL mais je n'en ai point). Je me suis dit qu'avec une EEPROM de recupp, c'était le plus simple. J'ai donc cherché sur le net le fichier binaire de programation d'une tel EEPROM et ben .. j'ai pas trouvé. S'y est sûrement mais ou ??? Alors bon, je me suis décidé à le faire. Quelque ligne de script (Un genre de basic que l'on utilise au boulot) et voici le .Bin qui va bien

Pour le fichier en logique POSITIVE cliquez ici (1 Ko) : BcdBin.bin

Pour le fichier en logique NEGATIVE cliquez ici (1 Ko) : BcdBinLN.bin

Pour le fichier des 2 concaténés cliquez ici (2 Ko) : BcdBin2K.bin

Si on programme une 2716 avec le BcdBin2K il faut la connecter comme suit : (Attention, pensez à mettre PullUp ou PullDown selon le type de roue)

Digit Unité (LSB) sur A0,A1,A2,A3
Digit Dizaine  sur A4,A5,A6,A7
Digit Centaine (MSB)  sur A8,A9

A8 Sera mis à la masse pour une entrée en logique positive ou tiré à VCC pour une logique négative.

La sortie en binaire pur se fera naturellement sur le bus de données D0 à D7. (OE et les chip select seront bien sûr positionés comme il se doit)

NOTE : Tous les codes 'Invalides' en Bcd comme 1111, donne une sortie à 0. Il va de soit qu'il y a 256 valeurs valides, correspondant aux BCD 000 à 255.

NOTE : les 2716 se font rares, on peut bien sûr utiliser n'importe quelle EEPROM de capacité supérieure en mettant les adresses non utilisées à la masse.

Et voila le travail... Je le met sur le net pour que d'autres en profitent....

Une des application principale est bien sur de convertir des roues codeuses ou electronique pour attaquer un convertisseur Digital analogique.
On peut se faire vite fait une petit alim à commande numérique... J'en profite d'ailleurs pour rappeler que les EEPROM sont parfaitent pour effectuer des décodages logiques, des transcodages, et autres traitements logiques. Une sorte de substitut de PAL...

Afin de valider ma programation je me suis fait un montage de test :


Il s'agit d'attaquer( via ou non des inverseurs logiques pour tester la logique négative) un DAC de type AD558.
Des doubles compteurs BCD de type 74LS390 génerent toutes les valeurs possible en ordre croissant et la preuve que ça marche saute aux yeux :


CQFD !! C'est beau !!! On remerciera au passage le SC502 pour sa contribution et le PG502 pour ses belles petites impulsions...
J'ai poussé le géné et ça marche encore à 15MHZ, avec un cablage soigné et une EEPROM plus rapide je suis sûr qu'on pourait faire mieux. Mais bon,
c'est pour décoder des roues codeuses....alors pour les manipuler à 1 Mhz, faudrait les doigts de Steve Austin....

PS : En fait encore une fois ça à merdé complétement la première fois et ça m'a gavé grave. J'était pourtant sûr de mon algo !! Aprés recherche, un des CI à une patte pliée, ce qui fait des résultat bizzares et inexpliquables. C'est pratique ces plaques d'expérimentation sans soudure mais c'est souvent plein de mauvais contacts.
Enfin, mon programme était bon, encore une confirmation que je suis meilleur en informatique qu'en électronique, ce qui me désole car l'informatique j'aime beaucoup moins...............

Interrupteur automatique

J'ai acheté dernièrement un déshumidificateur éléctrique pour mon labo. J'ai trouvé pour moins de 100 Euro un modèle super chez brico Dépôt. 
Il n'avait qu'un seul défaut : en cas de coupure de courant, il se mettait en veille lors du retour du secteur. Les coupures étant malheuresement fréquentes chez moi, cela me posait un problème.
Il a donc encore fallut que je bricole. J'ai donc fait un petit montage vite fait bien fait. Celui-ci utilise un double comparateur de type LM393 et produit une impulsion d'environ 300ms 1secondes aprés sa mise en route. Le relais vient en paralelle sur le bouton poussoir de mise en route. l'alimentation est prise sur le 5V d'alimentation du micro-controleur de gestion du biniou.
Je met le montage qui pourrais servir pour bien d'autres appareils.

CP0021Sch.GIF
    

Voici le montage mis en place à coté de la platine originale. J'ai mis des liens pour être sûr que le CI et le relais restent dans leurs supports malgrés les vibrations du moteur.
Le CI tient grâce à des entretoises en nylon autocollantes. Le démontage du panneau de commande n'a pas été trés facile mais avec de la patience et de l'attention,tous c'est bien passé.
Ce montage fonctionne parfaitement depuis plus de 3 semaines....

Une sortie d'alimentation protégée pour PC

C'est super de pouvoir brancher des tas de trucs sur son PC mais il faut souvent les alimenter avec moult blocs d'alimentation divers et variés alors que l'alim du PC a des ampéres à revendre. Le hic, c'est que l'on ne veut pas planter voir endommager son précieux computer en cas de fausse manip. Confronté à ce probléme, j'ai conçus vite fait on the gaz le montage suivant qui permet de sortir le 12V et le 5V, de les mettre en marche ou non à l'aide de boutons poussoir, et surtout de les protéger grâce à un disjoncteur réglé sur environs 1.5 A.

Le schéma est d'une simplicité sidérante et n'utilise que de bon vieux composants simples à trouver et hyper standard. Voila vite fait comment ça marche :
A la mise sous tension du PC, les sorties sont non alimentées et seul D1 et D2 s'allument histoire de montrer que le jus de l'alim est présent.
Si on appuis sur S2, T3 se sature et colle le relais, ce qui alimente les sorties et que l'on peut visualiser par D8 et D9. T3 reste saturé car le photocoupleur rendu passant maintient un courant suffisant dans sa base.
Si le courant dans le le 12V ou le 5V devient suffisant dans R5 ou R7 pour dépasser la tension de seuil de T1 ou T2, T4 devient passant et prive T3 de son courant de base, ramenant le montage à son état d'origine.
Le bouton S1 permet de la même manière d'arréter le montage. L'utilisation du photocoupleur vient que si l'on utilise la tension d'une des sortie et que la charge est capacitive, la coupure peut ne pas se faire. il y avait d'autres solutions mais comme j'avais pil un PC817 à portée de main...

J'ai fait des tests et le biniou réagit en 9,4ms environ à un court-circuit francs ce qui est bien suffisant. J'ai mis des fusibles temporisés en plus par sécurité. Si on veut rendre le montage moins rapide, il suffit de mettre une capa en parallele sur R9. On peut aussi changer les valeurs de R5 et R7 selon que l'on veut un courant de déclenchement plus ou moins fort. Les valeurs des résistances ne sont pas trés critiques at quasi n'importe quel transistor peut être utilisé.

Comme j'avis un peu de place en rab, j'en ai profité pour mettre une petite batterie vampirisée à un téléphone sans fils HS. Ceci afin de remplacer une pile au lithium valant la peau des c... et servant à mémoriser les réglages du controle de ventilation du PC. C'est un chargeur de batterie trés trés simplifié mais suffisant.

Comme je suis sympa et qu'il n'y a rien à la télé ce soir, j'vous ai fait un beau shéma :

Voici des photos du montage...rien que de la recup, vive le recyclage ! j'ai mis les transistors sur support pour la maintenance, bien qu'ils ne risquent pas grand chose...

J'ai utilisé le cache en plastique du boitier de PC et des bon vieux Letraset...les sorties sont dispo sous forme de Cinch ou bornes 4mm

Et voila l'engin en place et en pleine action, c'est t'y pas beau ???

 

Un testeur d'ampli-Op

Les ampli op sont des composants incontournables. Il en existe de trés nombreux modéles mais leur brochages est trés souvent le même. Afin de pouvoir les tester facilement, j'ai conçu et fabriqué ce petit testeur trés pratique. Il permet de vérifier le bon fonctionnement des amplis simples, doubles et quadruples. Il est prévu pour être alimenté en 24volt continu (la même alim que mon testeur multi-fonctions) il possible bien sûr de l'alimenter avec une tension moindre, voir avec 2 piles de 9volt. L'alim est protégée contre les courts-circuits, et 2 Led indique la présence de la tension positive et négative. Ceci permet de détecter les amplis ayant un court-circuit sur les alimentations. Chaque ampli est monté en multivibrateur astable pilotant une led bicolore. Si l'ampli fonctionne, elle clignote vert et rouge à une fréquence d'environs 2 Hz. Pour fabriquer une masse 'Virtuelle', j'ai utilisé un ampli op de puissance de reccup. Celui-ci pouvant être dur à trouver, j'ai mis sur le schéma un substitut possible avec des composants plus traditionels. J'ai utilisé un support 40 broches à insertion nulle. (Acheté en Chine sur Ebay, vendu par 5 pour un prix dérisoire). Ces supports ont des pattes plates spéciales. Afin de pouvoir l'utiliser pour d'autres testeurs, je l'ai soudé sur un support tulipe. Sinon, j'ai cablé le tout sur un bout de plaque proto. J'ai utilisé de l'epoxy plus solide et mis des pieds en caoutchouc.

L'utilisation est trés simple, on place le CI à tester dans le support et on appuis sur le bouton. Si ça clignote pour chaque ampli, c'est que c'est bon.

Je m'en sert beaucoup depuis que je l'ai, j'aurai du le faire avant...

Voci des photos du bidule :

 

Et pour finir et pour ceux qui searit interressé par la fabrication, voici le schéma :


Une video de ce testeur est visible sur ma chaine Youtube : Cliquez pour voir la vidéo

Un internaute, Mr Jean-Paul Antonelli ( janpolanton @ gmail.com) a créé un circuit imprimé pour ce testeur
et a eu la gentilesse de me le communiquer afin de le partager, vous pouvez le télécharger ici :


ATTENTION: sur ce PCB le sens du 14 broches est inversé. les circuits sont tous orientés de la même manière. C'est d'ailleurs beaucoup plus logique, je me demande même si c'est pas une erreur de mon schéma où une crise d'illogisme passagère de ma part... je vais vérifier.

AOP_test_composants.jpg

Coté cuivre PDF
Coté composants
Fichier DXF
Fichier Gcode de perçage

Un testeur multi-fonctions

Il y a longtemps que j'en avais envie et ça y est ! Tout viens à point pour qui sait attendre…
Que fait un électronicien le plus souvent ? Il cherche s’il y a un court circuit, si une diode est bonne ou non, le brochage d’un transistor, PNP ?, NPN ? et ou est l’émetteur ?, cette LED fonctionne t’elle et ou est l’anode ?

On peut utiliser un ohmmètre, mais ça ne donne pas toutes les infos, un testeur de continuité c’est bien mais pas suffisant non plus, et on n’arrête pas d’inverser les fils…

Après mure réflexions, j’ai pensé à faire 2 appareils, un simple qui ne donne pas vraiment de mesure mais juste une information sonore, et un autres qui sera bien plus complet.

Je vais vous présenter ici le simple que j’ai construit et qui fonctionne parfaitement. Voici de quoi il est capable :
- Détecter un court-circuit franc
- Déterminer l’anode et la cathode d’une diode ou d’une jonction.
- Déterminer si une diode est une Zener (Jusqu'à 20v)
- Différencier l’émetteur du collecteur d’un transistor
- Tester les LED et déterminer leur polarité.

Le tout étant très simple d’emploi, l’information étant donnée sous forme sonore, il est rapide à utiliser. Alimenté sur secteur, il a bien sûr un fils à la patte, mais ce n’est pas génant pour l’usage que j’en ai. Pour ceux qui voudraient du ‘Nomade’, un petit convertisseur à découpage pourrait être ajouté sans difficulté.

Ce ‘testeur multi-fonctions’ comme je l’ai pompeusement nommé ne comporte que 2 commandes :
- Un bouton poussoir permettant d’inverser la polarité de mesure
- Un poussoir bistable qui permet de choisir si le courant de test, faible ou fort.

Le principe de mesure est très simple : un générateur injecte un courant constant dans le dipôle en cours de test et un voltmètre sonore sommaire mesure la tension à ses bornes.

L’appareil est capable d’émettre 4 sons différents, différenciés par leur tonalité (Fréquence). Plus elle est aigue, plus la tension aux bornes du dipôle testée est faible.

Les seuils sont les suivants :

<4mv : Son très aigue -> la résistance aux bornes est inférieur à 4 Ohm (0,25 Ohm en position Forte) court-circuit

<1V : Son moins aigue -> seuil d’une jonction

<4V : Son encore grave -> Tension aux bornes d’une led ou zener <4V

<24V (11V en position Forte) -> Zener ou jonction base Emetteur inverse

L’utilisation est évidente, il suffi de connecter le dipôle, d’écouter, puis d’appuyer sur l’inverseur de polarité et d’écouter à nouveau. Les 2 sons obtenus indiquent la mesure.

La position ‘Faible’ fait circuler un courant constant d’environs 1mA sous une tension max de 25 V, elle permet de tester les jonctions sans les endommager. (ATTENTION, certain transistors faibles signaux ou HF, peuvent être endommagé et ne doivent pas être testés de cette manière)

La position ‘Forte fait circuler un courant constant d’environs 20mA sous une tension max de 12 V, elle permet de tester les LED sans les endommager ou les contacts francs.

Le premier schéma que j'ai fait utilisait un CD4093 comme oscillateur mais la place étant comptée dans la sonde, j'ai du trouver une autre solution. Aprés reflexion, je me suis rappelé avoir acheté deux 2N2646 lors du rassemblent des radios amateur de Marenne ou je me rend tous les ans, (Je ne suis pas radio-amateur mais j'aime la mini-brocante electronique qui se tient en même temps). Je les avais pris comme ça, au cas ou... Le transistor unijonction n'est plus trés à la mode en ces temps de forte intégration mais c'est un semi conducteur bien pratique pour faire des oscillateurs ou déclencher des thyristors...Ici il à fait merveille.

En fait, ça serait à refaire, j'aurais pas mis l'electronique dans la sonde, mais dans le boitier d'alim. Si vous voulez fabriquer ce montage, je vous conseille donc cette solution. Si vous n'avez pas de transitor unijonction, vous pouvez utiliser un CD4093 monté en astable avec une des entrées NAND utilisé comme 'Mute' pour couper le son quand l'entrée est en l'air.

Voici le shéma du bidule :

et la liste des composants:
C1 = 100n
C2 = 2.2µ
C3 = 1µ
C4 = 4.7µ
C5 = 39n
C6 = 470n
C7 = 47n
C8 = 47n
C9 = 100n
C10 = 100n

Comp1 = LM339

D1 = 1N4148
D2 = 1N4001

DZ1 = 20V
DZ2 = 5V1

FET1 = VN01 (or BS170, 2N7000, etc...)

LED1 = Red
LED2 = Green

P1 = Black (2mm female Plug)
P2 = Red (2mm female Plug)

R1 = 2.2k
R2 = 1.8k
R3 = 91
R4 = 330
R5 = 10k
R6 = 470
R7 = 47
R8 = 100
R9 = 1.5k
R10 = 10k
R11 = 220k
R12 = 39k
R13 = 12k
R14 = 47
R15 = 2.2k
R16 = 91k
R17 = 13k

Ref1 = LM331
Ref2 = LM331

Reg1 = 78L15

S1 = Switch (Dbl inverter)

S2 = Push Button (Dbl inverter)

SP1 = Mini loudspeaker (Miniature Inductive Sound Tranducer)

T1 = 2n2907
T2 = 2n2646

Voici les photos du protos :

Pour commencer, l'alim trés simple, redressement par pont de diodes et filtrage par condo chimiques.



Complétement réalisée à l'aide de composants de réccup. Vive le recyclage !!

Pour la sonde j'ai usiné un boitier spécifique en alu. J'ai même soudé des entretoises en laiton sur de l'alu, grâce à la brasure spéciale pour souder de l'alu que j'avais acheté au salon de la maquette.C'est un produit cher mais parfois pratique.


En fait, il y a 2 brasures, la jaune qui soude à peu-prés tout les métaux sauf l'alu, et l'alu qui ne soude que l'alu. En mélangant les deux, il est possible de souder l'alu avec les autres métaux.


La place étant vraiment comptée, j'ai du utiliser du CMS. C'est pas évident en proto board. Mon premier essais tout CMS n'a pas fonctionné, le 339 avait un comparateur HS et des mauvais contacts. Voici un photo:

J'ai du en faire un autre, en Hybride, CMS-Standard :

Celui-ci à fonctionné.
L'utilisation des CMS est quand même plus simple avec des circuits imprimés. Le pire, c'est que si un circuits intégré est naze, son remplacement est trés problématique.


Voici le montage final, c'est serré ! J'ai mis les transistors sur supports, en cas de panne, le changement est hyper facile. Les connaisseurs auront remarqué que le 2N2907 du shéma a été remplacé ici par un de ses collégues Japonais. Il y a des milliers de références de transistors alors qu'avec au pire 200 types différents, on pourrais tous faire !! Pourquoi faire simple....

Et pour finir, l'engin terminé :

L'utilisation est parfaite, quel gain de temps pour tester les composants ou le cablage. Repérer le brochage d'un afficheur 7 Segments est un vrai plaisir...
Je mettrais le testeur plus sophistiqué en ligne quand je l'aurais construit, pour l'instant, j'ai quelque appareils achetés sur EBay a réparer et recalibrer...de quoi m'occuper un moment.

Un simulateur de ligne téléphonique

Pour mettre au point ou réparer des téléphones, il peut être utile de simuler une ligne plutôt que de faire des essais en "Live" sur la ligne de France Telecom. Car :

- C'est interdit
- Si un appel survient, on peut se prendre pas loin de 100v crétes dans les paluches et c'est pas bon pour le peace maker
- C'est pas facile de tester la sonnerie (Le bon vieux robot des Télécom ne fonctionne apparemment plus !!)
- C'est généralement à ce moment que votre tendre moitiée ressent l'irrésistible besoins de parler à sa mére et veut la ligne.
- Etc...

J'ai donc fabriqué ce petit appareil dont voici le schéma :

Pour les curieux, voici un petit descriptif du fonctionnement :

Le bouton poussoir "Push To Ring" permet d'appliquer sur le poste une tension alternative de 24 v pour faire sonner le téléphone.
Le régulateur 7815 fournis la tension continue de polarisation de la ligne. Le BC517 est monté en "Gyrateur", simulant une grosse self servant de filtre pour éliminer la composant alternative du signal audio.
Un bon vieux 555 des familles monté en astable fournis une tonalitée à 440 Hz, la self de 50mh se charge d'arrondir les fronts bien raides du signal carré.
Un interrupteur à 2 positions permet, soit d'avoir la tonalité, soit d'injecter un signal audio, ou de de mesurer celui du téléphone.

UTILISATION : Super simple, branchez un téléphone, mettez l'inverseur sur Tone et décrochez, vous devez entendre une tonalitée et la led 'Hook up' doit s'allumer.
E n appuyant sur "Push To Ring" le téléphone doit sonner. Si vous branchez un scope (ou un ampli audio) sur la prise et que vous mettez l'inverseur sur "Ext signal", vous devez voir (ou entendre) votre voix. Si vous mettez un Géné Bf à la place, vous devez l'entendre dans le téléphone. N'ayant pas prévu de duplexeur, le mélange des 2 modes est trés "primaire".

NOTE IMPORTANTE : Ce montage ne fournis pas exactement les valeurs théoriques d'une vrai ligne (48 V, sonnerie à 80v etc..) Cependant il se situe dans les tolérances basses de la norme, en clair, si un téléphone marche avec le montage, il marchera en utilisation réellel. Vous pouvez bien sûr modifier le shéma pour être plus prés de la norme, attention cependant à ne pas dépasser la tension max en entrée du régulateur et à respecter les limites de dissipation.

 

Un commutateur automatique pour FreeBox

Comme de nombreux utilisateurs de FreeBox, j'ai été confronté à la problématique suivante : Les appels sortants doivent être sur la freeBox, les appels entrants de France Telecom doivent sonner, et tout cela sur le même téléphonne !.

Je me suis donc fixé le cahier des charges suivant :

- Le (les) téléphone de la maison sonne si un appel arrive de la FreeBox ou de France Telecom
- Les appels sortant utilise la FreeBox
- Un second téléphone permet de recevoir ou emettre un appel sur la ligne non utilisée.
- En cas de panne de courant, le téléphone bascule sur France Telecom
- Il est possible de forcer manuellement la ligne à utiliser
- Il est possible de forcer la ligne france telecom de façon temporaire (Juste pour un appel, pour les n° non-gérés par Free)
- Le montage est modulaire pour une maintenance rapide en cas de panne (foudre)
- L'isolation Galvanique est complétement respectée
- Pouvoir visualiser la ligne sélectionnée
- Avoir un boitier solide pour poser des trucs dessus

Voici la face avant de la bête :

Le fonctionnement est trés simple: Le bouton "Mode" permet de:
- Forcer la ligne sur Free ou Telecom (Dans ce cas, la Led "Manuel" clignote pour indiquer que la commutation automatique ne fonctionne pas)
- Choisir le mode Automatique

Des Led permettent de visualiser si la Free Ou/Et Telecom est occupée, et si la ligne telecom sonne.
2 Led vertes indiquent la ligne active.

Un bouton poussoir lumineux "Appel Telecom" permet de choisir la ligne telecom temporairement.

Voici comment ça marche: A la mise sous tension, la ligne active est Free. (La ligne se met sur Telecom pendant quelques secondes d'initialisation !!)
Si on décroche, on est sur Free et la Led d'occupation de Free s'allume. On Raccorche et elle s'éteint.
Si un appel France Telecom intervient, la ligne commute sur la ligne telecom. La led de sonnerie s'allume à son rythme. Si on décroche, la led occupée s'allume et la ligne reste sur Telecom le temps de la communication. Lors du raccrochage, la ligne revient sur Free.

Le second téléphonne est toujours commuté sur la ligne autre que celle active. Si par exemple un appel Telecom arrive alors que l'on téléphonnait sur Free, il sonnera et sera disponible pour la discussion.

Le bouton poussoir, permet, lui de commuter temporairement sur Telecom. Imaginons par exemple que je veuille passer un appel à un N° 08... gratuit non géré par Free, il me suffit d'appuyer sur le poussoir, qui s'allume et selectionne la ligne telecom, j'ai alors 10 secondes pour décrocher et faire mon n°. Ceci est plus facile que l'usage du commutateur et permet surtout de na pas oublier de revenir dans le mode automatique.

J'ai choisi de faire une carte mére sur laquelle s'enfiche les modules de détection de ligne ou de sonnerie, ainsi que la carte logique qui gére l'automatisme.
J'ai prévu large, il est donc possible de faire un module gérant la sonnerie et la détection d'occupation, ou de faire des modules séparés. Chaque modules permet une détection série ou paralléle et peut ou non être alimenté. Ces modules doivent aussi gérer l'isolation galvanique.

Shéma de la carte mère :

On peut voir que la détection de sonnerie sur la ligne Free est prévue mais je ne l'utilise pas. De même, l'alimentation +5V n'est pas utilisée pour le moment.

Shéma du module de détection de sonnerie:

Shéma du module de détection d'occupation :

Il existe en gros deux manières de détecter qu'une ligne téléphonique est occupée, par la mesure de la variation du courant de ligne ou par la mesure de la variation de la tension. J'ai préféré cette dernière qui fait moins de distortion sur la ligne. J'ai calculé les composants de manière à ce que la ligne soit le moins possible perturbée par la présence du détecteur, 10µA au repos, c'est cool !! NOTE : Le MCA231 est un dinosaure de reccup, n'importe quel Photo Darlington sensible fera l'affaire !

Shéma de la carte de gestion logique :

Pour la carte logique, je pouvais utiliser un Pic et juste adapter les niveaux, ou utiliser de la bonne vielle logique cablée. J'ai choisi cette solution pour que la maintenance soit plus facile, parce que j'ai des tas de circuits MOS en réserve, parce que la programation me rappelle le boulôt et que je suis en vacance, et parce que j'avais tous simplement envie de me le faire à l'ancienne! Le circuit étant modulaire, je me ferais peut être la version pic si j'ai rien d'autre à faire (Je seraisproblablement mort !)

C'est sûr, l'ensemble fait un peu usine à gaz, il est bien sur possible de simplifier le biniou en supprimant des options, ( pas de Led, pas de commutations manuelle, etc...)

La fabrication

J'ai utilisé un boitier de disque dur de reccup. Il est en tôle trés solide et contient une alim.

Voulant essayer mon insoleuse toute neuve, et ayant des composants avec des pas exotiques, j'ai fait une exception et je me suis fait des circuits imprimés (Sauf pour la carte logique, cablée, elle, sur un bonne vielle plaque à trous)

Voici une vue du boitier :

Voici une vue de la carte mère

Les modules :

Les téléphonnes et les lignes se branchent sur des connecteurs RJ11 standards.

 

Et voila la bête finie :

 

Pour ceux que qui voudraient se la fabriquer ou s'en inspirer, voici les fichiers : Shemas et typons

Questions/Réponses sur ce montage

Voici en vrac les réponses aux questions posées par des internautes.

Question: Le shéma n'est pas clair sur l'interconnexion des modules. (25/12/06)

Réponse: Je comprends en relisant mon schéma et votre question qu'en effet, ce n'est pas très clair.
L'explication de ceci est due au fait que j'avais conçus à l'origine la platine pour pouvoir expérimenter divers types de détecteurs de sonnerie ou d'occupation. Les modules existants me donnant entière satisfaction je n'en ai jamais fait d'autres.
Chaque module pouvait intégrer, soit le détecteur d'occupation, soit le détecteur de sonnerie, soit les 2. Il est donc prévu sur la carte mère de pouvoir mettre 1 ou 2 modules par ligne. Si l'on fait un module unique de détection de sonnerie et occupation, on peut le mettre dans n'importe quel connecteur, le second étant alors munis d'un simple bouchon assurant la continuité de la ligne.
Le connecteur prévoit en effet de pouvoir mettre un détecteur d'occupation de type "série" fonctionnant par mesure du courant de ligne, ce qui bien sûr, nécessite une séparation de l'entrée et de la sortie ligne.
Voici le schéma du connecteur d'un module:


Les sorties des détecteurs sont prévues pour être de type 'Collecteur' ouverts. Mais, les résistances de 'Pull Up' des sorties étant élevées, on peut mettre une sortie CMos directe si on veut.

Murphy donne à fond !!

Durant ma vie proffessionnelle et/ou personnelle, j'ai comme tous le monde eu à subir la lois de l'emmerdement maximum, mais avec ce projet, j'ai eu le ponpon.
Ce projet me semblais extremement facile et je me lance super cool. Je perce la face avant et je me trompe dans les trous, je doit la recomencer, ensuite j'imprime la face avant sur du beau papier autocollant, je la met dans une envelloppe et le lendemain, je la déchire avec de vieux papier, et hop à refaire !!
Ensuite, le circuit, c'est la première fois depuis 25 ans que j'utilise une insoleuse. Je dessine le CI avec le computeur et des pistes de 0.6 mm de large. J'insole, la moitié des pistes est out ! Il semble que mon transparent ne soit pas assez opaque ??Bon je faits des pistes de 1mm, je met l'option contraste à fond et je recommence, c'est mieux mais pas top, il semble que j'ai insolé trop longtemps et que c'est de l'epoxy hper sensible. Enfin bon, temps pis je perce je cable, c'est plein de micro-coupures et je refait la moitié des pistes avec du fils !. Et ça ne marche pas !! recherche... Le brochage du IRFD113 est mauvais, bon je bricole, ça merde encore, et oui, le commutateur est à contact court-circuitant et j'avais pas mis R8, il y avais donc un court circuit de l'alim à chaque manoeuvre ! ça ne marche toujours pas, pour des raisons inconnus, deux 2N7000 ont rendus l'âme, je les changes, déjà que les pistes sont moitiè naze, ça ne s'arrange pas !!. Ensuite je monte les modules, le détecteur de sonnerie est Ok du premier coup, les détecteurs d'occupation ne marchent pas !! Re recherche, et là je me suis planté sur le brochage des BC547, il semble que je soit faché avec les transistors. bon je les inverses et tous marche. Je cable la carte logique, et la miracle, tout marche du premier coup, mon shéma était bon !!. Je monte tout et je branche en vrai et la ça merde complétement, la ligne free est pleine de ronronement et quasi inexploitable !! Re recherche, mesure et test et je trouve le probléme, l'alim d'origine de la freebox est une GROSSE MERDE, et tout vient de là, je la dégage et je branche la Freebox sur l'alim de ma boite qui elle à des ampéres à revendre et tous marche impec !!! Ca fait beaucoup pour un seul montage !! , pour féter ça je file à la plage piquer un tête, (faut qu'elle refroidisse !!)
Enfin, j'avis qu'a faire attention !!

 

Un générateur de sonnerie téléphonique

C'est la quatrième fois qu'un internaute me demande un montage pour faire sonner un téléphone.
Voila donc le schéma pour faire sonner un téléphone, (Plusieurs en option).


Pour faire sonner un téléphone, il faut lui envoyer du courant alternatif. Bien que la norme PTT indique une tension assez élevée, la plupart des téléphones sonneront allégrement avec 24V.
Le plus simple est donc de se procurer un transfo délivrant de 24 a 80Volts. ( Pour info, un tel transfo coûte environ 12 euro 50 chez selectronic (Ref 60.5434 , sortie: 2 secondaires de 24v à mettre en série)

Le schéma proposé est d'une trés grande simplicité. Il suffit d'appuyer sur le bouton 'Ring' pour faire sonner le téléphone.
Il est possible de monter plusieurs téléphones, il suffit de les
monter en parallèle sur le premier (Voir la partie du schéma en bleu)

Eviter d'appuyer sur le poussoir quand un téléphone est décroché (ronflement très bruyant dans l'écouteur). Il va de soit que ce montage ne fait que sonner les téléphones et qu'ils ne fonctionneront pas.

ATTENTION: il est IMPERATIF d'utiliser un transformateur assurant, en plus de la baisse de tension, l'isolation galvanique avec le secteur. Utiliser un branchement direct sur le secteur via une résistance, un condensateur, ou une ampoule électrique comme décrit je ne sait ou sur le net est très dangereux. L'utilisation d'un tel montage peut entraîner un choc mortel.

NOTE : Dans le cas ou plusieurs secondaires du transformateurs seraient montés en série, il est impératif de respecter la phase. En cas de doute, il est facile de déterminer le sens. Il suffit de faire un essais dans chaque sens, celui ou le téléphone sonne le plus fort est le bon !

Un détecteur de sonnerie pour portier video Inspektor

J'ai acheté cette été un portier video pour une somme vraiment trés modique chez Bricot dépot.
C'est un appareil de marque Inspektor Ref 863001. Je l'ai monté sans probléme mais je voulais que quand on sonne dessus, cela déclenche ma précédente sonette qui a un volume bien plus important et une mémoire. Je regarde donc les fils qui sorte du boitier extérieur :

Une masse
Une alim 12V
Audio
Video

Comment l'appui du bouton d'appel est t'il transmis à la base ? Je branche un oscillo sur le biniou et je trouve vite (Même pas drôle !). L'entrée audio est polarisée à la moitié de la tension d'alim et l'appui du bouton la met temporairement à la masse. Je bricole donc vite fait un petit montage que je met sur le site, ça aidera peut être un internaute. J'ai fait appel à un double comparateur LM393 très classique. Je n'en utilise qu'un. La charge sur l'entrée audio est minime, 2.4 mégohm, c'est négligeable ! La zener (de 12 v, j'ai oublié la valeur sur le schéma, sert à la protection de l'entrée (C'est théoriquement Latch-up free, mais bon c'est quand même mieux !).
2 bonnes vielles 1N4148 en série me font un seuil de 1.2v pour comparer la tension d'entrée. On notera l'absence d'hystérésis, ce qui n'est pas gênant vu l'application.
Le relais assure une parfaite isolation galvanique entre le montage et la sonnette. J’ai utilise un vieux relais REED de récup. Ce montage ne nécessite aucun réglage et a fonctionné du premier coup.


Inspektor2, le retour.....

Orage, oh désespoir !!! le vieux Corneille savait la puissance du feu céleste... Un orage sur la maison et un lecteur de DVD et le portier inspektor sont HS.
Bon, je ne cherche pas trop à le réparer et je regarde sur le Net ce qu'il y à... et je tombe sur le site de Brico-dépot sur un portier video à mémoire, ça mémorise la date, l'heure et la tronche des visiteurs qui sonnent.... La pub dit aussi que c'est un 4 fils comme celui qui a été foudroyé et comme la platine de rue est encore bonne et que c'est la même marque, je me dis qu'il y a de forte chance pour que ça me fasse un bon remplaçant...

Bon, direction Brico merdo de la Roche sur Yon et j'achète le  fameux portier video à mémoire d'image DIOD 863003/9863003, importé par Inspektor, marque vendue par Brico-dépot. De retour dans mon lab, j'ouvre la boite et .... première surprise, c'est un 6 fils !! ça va pas le faire.... Je lis la doc du bazar qui donne soit disant le brochage... c'est pas clair. Je branche sur table et je met un scope sur les fils....Rien ne correspond à la doc.
Je cherche, ausculte, analyse, déduit...enfin bref, je me prend pour le Sherlock de l'électronique et trouve finalement le bon brochage de l'engin....

Je vous le mets ici si ça peut aider...

Brochage Portier video à mémoire d’image DIOD 863003/9863003 importé par INSPEKTOR (de haut en bas)

8 => Ct2 Gâche (Ct1 et Ct2 sont relié ensemble pendant 2 secondes environs quand on appui sur l’ouverture de gâche
7 => Ct1 Gâche
6 => +12V
5 => Vidéo
4 => Masse 0V
3 => Audio
2 => Masse 0V
1 => Bouton sonnerie, mis à la masse quand le Bouton d’appel est appuyé

Rien a voir avec celui de la doc...de plus en ne prenant qu'un fils de masse, le bouton de sonnerie reste à part. Il  faut 5 fils alors que je n'en ai que 4 dispo !!
Comme je souhaite conserver la platine de l'ancien modèle qui fonctionne encore, je décide prendre un contact de mon détecteur de sonnerie pour commander le bouton. Je branche comme je peux, (Le nouveau boitier n'a pas d'alim intégrée, avec une ferrite moulée trop prés du connecteur ce qui rend impossible la mise ne place du cable d'alim comme indiqué dans la doc, ce truc c'est vraiment de la m...)
Bon premier essais avec mon épouse.... null ! la sonnerie se déclenche quand on parle, ce qui rend l'interphone inutilisable !!!!
Re mesures et brainstorming....Le point de polarisation est plus bas que l'ancien et l'amplitude Audio plus forte ce qui déclenche le détecteur quend on parle !!
La solution : d'abord baisser le seuil de détection, ce que je fait en remplaçant D3 et D4 par une diode schottky Bat85. Le seuil passe alors de 1.2V à 0.2 V. puis j'augmente experimentalement la valeur de C1 de 10n à 82n. La constante de temps devient alors telle que les pics audio ne déclenche plus le comparateur mais qu'un appuis franc sur le bouton de la sonnette passent.

Résultat, ça marche, le volume est pas trop fort mais c'est acceptable. Bon je fait avec mais je ne suis pas trés satisfait, pub et doc mensongère, qualité trés moyenne, perte de toutes les infos en cas de coupure de courant....si j'aurais su, j'aurait pas venue comme disait le petit Gibus !


Montage pour contrôler 2 relais avec 1 seul bouton poussoir

Un internaute m'a demandé ce schéma. Le but est de commander 2 relais impulsionels avec un seul bouton poussoir.
Un appuis court colle le relais 2 pendant environs 1 seconde, un appui long colle le 1 pendant le même temps.
C e montage a pour but de commander, soit une gâche electrique, soit un portail électrique avec le poussoir d'un interphone.
Il aurait été possible de faire avec moins de composants en utilisant un petit µcontrolleur genre Pic508, mais tous le monde n'a pas forcément le soft et le hard nécessaire à une telle réalisation. Alors, je l'ai fait 'à l'ancienne' avec un seul et unique circuit trés courant. j'ai essayé de faire avec le moins de composants possible. Si un internaute arrivent au même résultat avec moins de composant (à par µ controlleur bien sûr) qu'il me l'envoie, j'aimerai beucoup voir le schéma que je publirai à la suite de delui-ci.

Voici le schéma de la bête :

Les diodes peuvent être n'importe quel modéle petit signaux 1n914, ou mieux des shotky genre Bat85.
Les mosFET peuvent être tout modéles à condition qu'il supportent le courant des relais et que leur tension de commande à saturation soit <10V. (Si on utilise des relais à trés basse consomation genre 'REED', je pense (de mémoire) qu'il doit être possible d'utiliser un CD4007 pour les 3 FET. Si l'on à pas de FET, on peut utiliser des transistors bipolaires, en mettant un résistance dans la base.

Une alimentation à une tension autre que 12V est possible sans dépasser 15V (Limite du 4013) et sans descendre trop bas sous peine de ne plus saturer les mosFet.

Voici un bref descriptif :

R1 C1 servent d'anti rebond

C2 R3 D3 servent à définir sur l'entrée D un niveau bas pendant la durée de l'appuis court.
Il est possible de changer C2 ou R3 pour régler le délais de l'appuis court.

R2 C3 servent à retarder un poil le front montant de l'horloge de la bascule du temps long, sinon les 2 relais collaient en même temps !

R4 C4 servent à remettre tous le monde à zéro environs 1 seconde aprés que le bouton ai été relaché.
Il est possible de changer C4 ou R4 pour régler la durée de l'impulsion des relais.

Les Led et leurs résistances de limitation servent à visualiser le relais actifs. ces composants peuvent être supprimés du montage au besoin.

Le FET3 C5 R7 servent à éviter que le relais2 colle lors de la mise sous tension du montage. Si cela n'est pas génant, on peut les enlever et mettre les relais directement au +12V.

Si l'on désire changer les valeurs, se rappeler que si C ou R augmente, le temps augmente. Les résistance peuvent varier en gros entre 1k et 500k, les capas jusqu'à 1000µ environs. En fait il ne faut pas que le courant de fuite des capas influe sur le montage.
Il est tout à fait possible de procéder par tatonnement façon 'Bidouille', c'est d'ailleurs ce que j'ai fait car je suis un gros faignant. Mais bon pour les matheux, voici comment calculer les composants:

Sachant que le seuil des portes MOS est environs égal à la tension d'alim divisée par 2 (ici 6v), il faut calculer le temps pour qu'un condensateur C se charge au travers d'une résistance R pour avoir la moitié de la tension d'alim aux bornes de celui-ci.
(L'impédance d'entrée des portes en BF est trés grande devant R et peut être négligée dans les calculs, de même que les courants de fuite divers et autre résistances parasites)

Voici la formule qui permet de calculer la tension au borne d'un condensateur en fonction du temps (Je vous fait grâce de la démonstration compléte à partir de Q=CV etc..)

T=R*C*Ln(U-VCC/V0-VCC) (T en sec, R en Ohm, C en Farad)

Avec U, tension aux bornes de la capa aprés T, V0 tension aux bornes de la capa avant T et VCC la tension d'alim.
Dans notre cas T=R*C*Ln(6-12/-12) soit T=R*C*0,69
Par exemple, si l'on veut que le relais reste collé 2 secondes aprés le relachement du bouton, et en choisissant une résistance de 100K, on a
C=2/0.69*100000=0,00000289=2,89µF,on prendra donc la valeur normalisée la plus proche 3,3µF

Note: si on veut un temps précis, le mieux est de remplacer R par une résistance en série avec une résistance variable afin de régler le temps au mieux. Il faut se rappeler quand on calcule les valeurs de grosse capa qu'elles sont trés peu précises. De plus, la capacité et le courant de fuite varie beuacoup avec le temps et la température, ce qui rend ce genre de montage inutilisable si l'on veut de grand délais avec de la précision. Il vaut beaucoup mieux dans ce cas utiliser des oscillateurs à quartz avec des diviseurs.

Je n'ai pas besoins de ce circuit, alors je l'ai juste testé sur une boite d'essais:
Attention au fils qui s'touchent, j'ai bouzillé le 4013 en allant un peut vite !

Un contrôleur de temperature et ampli pour PC

J'ai assemblé un PC dans un boitier Rack. Ce Pc est le "Cerveau" de mon labo et contrôle (era, tout est loin d'être fini !) toutes les fonctions de celui-ci. C'est un PC qui ne sera jamais éteint. Le boitier comporte un énorme ventilo trés bruyant que je ne veux mettre en route que si c'est vraiment utile. De plus, lors de mise au point j'ai besoins de déconnecter la sortie audio du circuit général et je voulais mettre un petit ampli et un HP dans le boitier (il y a de la place !!)
J 'ai aussi acheté un petit boitier d'affichage de différents paramètres du PC. Il y a encore deux emplacements 5"1/4 de libre. Je vais en prendre 1 pour mon thermostat et 1 pour le boitier de contrôle (Il est prévu pour du 3,5" et il va falloir couper de la tôle !)

Je résume, ce montage permet de controler la température de 2 sondes et de mettre en route le ventilo si une des 2 sondes (ou les 2) détecte une température trop haute par rapport à une consigne réglable. Le dépassement est visualisé par 2 led. Un interupteur permet de forcer l'arrêt ou la marche du ventilo.
L'ampli quand à lui permet de "Bypasser" la sortie quend il est en route. Le boution de volume comporte un interrupteur qui commande le relais de bypass.

Je décide de profiter de l'occase pour travailler un peu la tôle. Je fait un chassis en alu et un capôt en tôle que je peint avec une cabine de peinture improvisée dans un carton.

,n

Ensuite je cable l'électronique. Je n'ai pas pris le temps de faire un beau schema et pour l'instant je vous met les "Crobars" originaux.
Si j'ai du temps et de la demande, je les mettrais au propre.


Et encore une ptit face avant ! il y a même de la place pour une prise USB de facade, c'est noël !



Vu de la bête terminée (Sans le capot peint en noir) et aussi une vue de l'adaptateur 5 pouces vers 3 pouces pour le boitier de contrôle.
Je me suis fait plaisir en le fabriquant d'une seule pièce.

Et voila, le résultat !! En prime je vous met une vue du moniteur affichant les différents paramètres. C'est super les sorties vidéo tv sur les cartes.(Note, ce qui est moins super, c'est le soft de paramétrage du driver, les gars se sont fait plaisir à écrire tout en dot-net, c'est programmé avec les pieds, c'est lent et il faut rebooter à chaque fois qu'on change un truc, encore des développeurs qui devraientt penser qu'il y a des clients qui utilisent leur applications !!)

 

Ce site utilise des frames. Si vous ne voyez pas les menus à gauche, cliquez Ici